Böker

$manufacturer.name

Un immense châtaignier dominant la petite quincaillerie Boker au XVIIe siècle est le plus ancien élément connu de la famille Boker. En raison d'une demande croissante à une époque politiquement agitée, Hermann et Robert Boker décidèrent de commencer la production de sabres en 1829. Les inventaires de septembre 1830 annoncent une production hebdomadaire de 2000 pièces fabriquées par 64 forgerons, 47 broyeurs et un grand nombre d'ouvriers et de stagiaires. Avec une gamme d'outils et d'ustensiles en constante évolution et les grandes opportunités de ventes à l'international, la famille a vite compris la nécessité de répartir les tâches afin de tirer le meilleur parti de ses intérêts. Hermann Boker a donc émigré pour fonder Boker & Co. à New York, tandis que le plus jeune Robert a établi son entreprise au Canada et en 1865 une succursale au Mexique, étant le leader du marché sous le nom de Casa Boker jusqu'à nos jours.

Heinrich n'eut qu'à traverser la rivière Wupper pour se rendre à Solingen, où la coutellerie allemande était en plein essor. Avec le célèbre coutelier Hermann Heuser, il fonde Heinr. Boker & Co. en 1869.

Très vite la demande de rasoirs, ciseaux et couteaux de poche fut florissante, depuis les 4 coins du monde. Ils devaient étiqueter leurs produits d'une manière simple pour les marchés étrangers, car de nombreux clients avaient des problèmes pour épeler le nom allemand Boker - en dehors de l'analphabétisme répandu. Heinrich a alors pensé au châtaignier, véritable repère de la boutique familiale, comme un logo idéal et mémorable.

Depuis lors, aucun produit n'a quitté l'usine de Solingen sans ce signe. Après plus de 100 ans d'existence, le vénérable arbre a été abattu par un coup de foudre en 1925. Un artiste talentueux a sculpté une image de l'arbre majestueux dans un morceau de son tronc qui orne aujourd'hui encore le bureau du directeur à Solingen.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le contact avec les États-Unis a cessé. L'usine de Solingen a été complètement détruite et a perdu ses machines, outillages, catalogues et stocks. Peu après la guerre toutefois, une nouvelle vie s'est réveillée dans l'usine détruite. Les anciens artisans sont revenus et ont aidé à reconstruire les bâtiments et la production pour retrouver le haut niveau de qualité de la production.

Rétablissant leur relation d'affaires avec Solingen, les cousins américains ont passé les premières commandes. En quelques années, Boker New York a de nouveau été le principal client de l'usine allemande.

Une chose est toujours restée la même en 150 ans : leur passion et leur enthousiasme pour les lames exceptionnelles. Le succès international de leur gamme de produits et la longue tradition de fabrication de couteaux les incitent et obligent à continuer à concevoir et à fabriquer des couteaux et rasoirs innovants et de haute qualité à l'avenir.